Page d'accueilfacebook Nous joindre Carte du site English Imprimer cette page


Histoire d'un virage

2008-2013

 

Francophones, alphabétisation et compétences
essentielles : les laissés-pour-compte du nouveau budget fédéral ?

Ottawa, le 28 janvier 2009 – Hier, mardi 27 janvier 2009, s’annonçait comme une journée de célébration pour la Fédération canadienne pour l’alphabétisation en français (FCAF). En effet, la FCAF, ses organismes membres et tous les acteurs de l’alphabétisation au Canada soulignaient la 11e journée nationale de l’alphabétisation familiale. Or, l’annonce du nouveau budget par le ministre fédéral des finances, Monsieur Flaherty, a réduit les ardeurs de la FCAF en un feu de paille : des promesses plus que timides en matière de formation de la main d’œuvre et un silence remarqué sur la Feuille de route pour la dualité linguistique énoncée en juin 2008. Qu’en est-il des investissements nécessaires pour préserver notre prospérité dont la francophonie canadienne, forte de 9 millions d’individus, représente un élément fondamental?

En période de défis économiques, le gouvernement canadien propose un budget sans éclat où peu de détails sont clairement édictés. Certes, une somme de 2 milliards de dollars est annoncée dans le secteur de la formation de la main-d’œuvre y compris les jeunes et les travailleurs âgés; ces mesures sont traditionnellement mises en vigueur par les provinces, car les sommes leur étant remises. Comment cette enveloppe budgétaire sera-t-elle déployée par province ? Quelle somme sera allouée aux travailleurs francophones, plus à risques que le reste de la population de connaître un chômage de longue durée ? Combien ira au développement des programmes d’alphabétisation et de compétences essentielles ? Au reclassement professionnel?

Le budget promet des "possibilités de perfectionnement professionnel à court et à long terme dans une mesure sans précédent pour les travailleurs de tous les secteurs de l'économie canadienne". Toutefois, certains secteurs sont plus en danger que d’autres, certaines régions mises plus à mal que d’autres dans la crise financière que nous traversons actuellement. Qu’est-ce que cette mesure  signifie exactement ?
La FCAF rappel le nombre important de canadiens en âge de travailler qui ont du mal à répondre aux exigences d’une société et d’une économie du savoir comme la nôtre parce qu’ils ont du mal à comprendre ce qu’ils lisent. « Est-ce que ce budget ciblera en priorité cette population ? » nous l’ignorons pour l’instant.

La FCAF se questionne également sur l’absence de référence dans le budget, à la Feuille de route pour la dualité linguistique avancée en juin dernier par le gouvernement fédéral et qui prévoyait plus de 1,1 milliard de dollars qui devaient en partie financer des programmes d’alphabétisation familiale, des programmes liés à la petite enfance, etc. Où sont les promesses de l’été? Envolées? Disparues dans les méandres des désastres boursiers?

La FCAF pose toutes ces questions publiquement et ouvertement au gouvernement de monsieur Harper. Tous les Francophones au pays se posent légitimement les mêmes questions et c’est avec impatience qu’ils attendent des réponses honnêtes, des chiffres précis et des propositions concrètes.

- 30 -


Renseignements :

Normand Lévesque, directeur général, FCAF
Téléphone (613) 749-5333 poste 228 ou sans frais 1 888 906-566 poste 228
Courriel : directiongenerale@resdac.net

PP